click the following article Logiciel surveillance iphone 4s Iphone spy stick ios 7 1.1 click Espionner portable sans jailbreak Comment Application iphone Espionner iphone Application iphone traqueur mobile Camera espion surveillance voiture continue reading Iphone spy mac Espion conversation iphone Bloquer espionnage read more Spy software Application suivi consommation internet iphone just click for source Enregistreur espion telephone fixe Application espion gratuit pour iphone Peut on Application pour Matériel despionnage pas cher Espionner un portable iphone 6s read article Espionner iphone 4s ios 7 Intercepter sms a distance continue reading Android keylogger trial Intercepter sms cydia Comment lire un sms sur ligne fixe Comment surveiller le portable de son copain Spy iphone Keylogger cho Iphone spyware Iphone 4s Logiciel espion mobile samsung Espionner telephone wiko Logiciel espion bluetooth android Boitier espion Application android surveillance sms read more Logiciel espion Application iphone Logiciel espion samsung galaxy s3 mini Telephone surveillance handy localizar movil windows mobile link
Facebook Ânûû-rû Âboro
JPEG - 132.6 ko
Festival Ânûû-Rû Âboro 2010
La 4ième édition du festival
Le "Cinéma des peuples" d’Ânûû-rû âboro
Du 29 octobre au 7 novembre 2010

Festival 2010

La 4ᶱ édition du festival international du cinéma des peuples, piloté par l’association Ânûû-rû Âboro, du 29 octobre au 7 novembre 2010 à Poindimié.

Éditos

Paul Néaoutyine
Président de la Province Nord

A écouter les sirènes du libéralisme : hors de la mondialisation, point de salut. Il faudrait s’y plier, soumettre l’économie, les services, la culture aux règles du marché et s’agenouiller devant le nouveau Dieu tout puissant : la marchandise. L’image est devenue une marchandise autant qu’une arme d’une puissance redoutable. Du matin au soir nous sommes submergés d’images, toujours plus et toujours plus vite. Et pour faire vite, il faut faire court, pour faire court, il faut faire simple. La réalité du monde et des hommes se laisse-telle enfermer dans ces catégories télévisuelles simplificatrices formatées par l’audimat ? A n’en pas douter le documentaire est une bouffée d’oxygène dans l’étouffement général de la pensée critique par la culture du marché totalitaire. Là où la société du spectacle organise un simulacre du réel simplificateur, le documentaire est une tentative d’approche et de questionnement d’un monde complexe. Le documentaire réfléchit le réel plus qu’il ne le reflète. C’est toute la philosophie du festival ânûû-rû âboro qui pour sa quatrième édition continue son pari d’un cinéma documentaire différent, désaliéné, dans lequel la parole des peuples se fait entendre hors des filtres de la pensée dominante qui –comme chacun sait– est celle de la classe dominante.

Jean-François Corral
Délégué général du festival ânûû-rû âboro

Peut-être le cinéma documentaire a-t-il cette modestie que n’a pas en général le reportage télévisé : celle de ne pas prétendre dire le réel mais seulement de l’approcher, de ne pas le commenter mais de le laisser au regard libre et critique du spectateur, de ne pas le réduire au plus petit dénominateur commun voulu par l’audimat mais au contraire de produire de la complexité. Approcher le réel signifie de facto laisser une part d’inaccessible, une zone d’ombre, une interrogation, un appel à l’intelligence de celui qui regarde et qui n’est pas, à nos yeux, qu’un simple consommateur d’images. Ânûû-rû âboro signifie, en langue paicî, l’ombre de l’homme, c’est-à-dire cinéma. Hommage doit être rendu aux vieux Kanak qui ont su si poétiquement et si intelligemment définir le cinéma dans sa part d’ombre.

Samuel Goromido,
Président de l’association ânûû-rû âboro, Senateur – Sénat Coutumier

Notre Pays consomme plus d’images importées qu’il n’en fabrique et exporte. Les chaînes de télévision, les films distribués en salles ne sont pas à l’image du peuple kanak ni des citoyens du Pays. Être indépendant, c’est aussi construire ses propres images et sa propre histoire. Depuis quatre ans l’association ânûû-rû âboro a organisé des formations destinées à permettre à nos jeunes de s’initier à la caméra, de se professionnaliser en tant qu’opérateurs ou réalisateurs. Beaucoup reste encore à faire mais pour la première fois cette année le festival ânûû-rû âboro présente dix films réalisés par des jeunes de notre pays, Kanak pour la plupart. C’est un premier pas vers un cinéma documentaire décolonisé dans son contenu comme dans sa forme.

Té Wâru ötepwë nâ tèpa dö mê dari jèè nânî nâpô kâjè wâni kanaky, jii cè ötepwë cè nâ jèè nâpê wii göröpuu, cè ötepwë cè nâ wîâ cè mâpéa go jè. I tèèpa wôrâ ânûû-rû âboro (télévision......, ê diri pwibè) ânâ cê rèè ca paari cè ötepwé cè nâ é töpwö cè âju pârâ go paî wâro kârâ tèpa âboro wâni jaa jè. Ânâ wiènâ jèè cimâ mâ jèè nyiê cipa cè tuwâ go jèè, â wâdé nâ jèè nyiê töemîrî mwârâ cè ânûû jèè, cè ânûû-rû âboro go jè, cè ânûû-rû âboro ba kâjè, ba o paari cè pi cèikî kajè. Â jèè êrêpèpé nâja nâ go ê câmû nâ pi cö èpo ilèri, mâ âboro èpo mâ rèè tâmôgöri, cè paï pwa wè cè ötepwë mâ cè ânûû-rû âboro go jè. O ba podaü pwa gööbërë pwi wakè bèèpwiri â co nâ wiènâ mâînâ cèiki go, â o wâdé nâ go jè. Â nâja bèènî 2010 ânâ o êrêilu i jè, cè jèûrû ötepwë cè nâ o paari nâ go i festival, ötepwë mûrû pwa kârâ èpo ilèri mâ âboro èpo kajè gé nî kalédonie, â rèè o wîâ cè jèkutâ go jè cè nâ rèè mwâ nîâri mâ côô, mâ têrê baa goro âboro nâ wâro nî görôpuu Nâbwé.