Facebook Ânûû-rû Âboro

Festival 2021

Éditos

Introduction au festival 2021

Presse

Retrouvez toute la presse du Festival Ânûû-rû âboro.

Sélection officielle 2021

Pour cette 15ème édition, l’équipe d’Ânûû-rû Âboro est heureuse de vous proposer une sélection de 35 films, présentés à Pwêêdi Wiimîâ (Poindimié) et dans les communes partenaires des trois Provinces de la Nouvelle-Calédonie. Compte tenu de la situation sanitaire actuelle en Nouvelle-Calédonie, le festival sera reporté à une date ultérieure que nous communiquerons prochainement.

Presse

Retrouvez toute la presse du Festival Ânûû-rû âboro.

Affiche du festival

Presse

Retrouvez toute la presse du Festival Ânûû-rû âboro.

Éditos

René Boutin
Directeur artistique

À l’image, et avec la détermination d’une plante annuelle à disséminer ses akènes, le Festival Ânûû-rû Âboro est un organisme anémophile, qui se diffuse dans le désir et l’instinct. Un brin déshydraté qui trouve l’énergie de semer encore à tout vent cette année un peu des espoirs de son humanisme subversif et de son devoir d’existence.

Le festival a toujours caressé l’idée de donner aux films la possibilité de raconter le monde de façon silencieuse... même sur les barricades. Et bien entendu, sans limiter son attention aux chiffres sans cesse martelés, parce que l’expérience démontre tristement qu’ils font sensation dans le moment, puis ne sensibilisent plus. Les nombres, aussi réels soient-ils, possèdent la faculté de devenir abstraits et toujours d’être impliqués dans la disparition des visages et des êtres doués de sentience dont ils sont composés. In fine, l’homme est englouti dans les chiffres qui traitent de lui... et le divisent... Tout comme les pourcentages censés nous définir et auxquels nous sommes suspendus.

Cette fâcheuse tendance de s’en remettre à la fragmentation citoyenne pour se tirer d’embarras l’éloigne de sa nature, et le pays en pleine crise existentielle s’offre à toutes les dérives. Il cherche ses codes, et il faut espérer qu’il ne trouve rien d’inspirant dans les voix du désordre qui éclatent quotidiennement à la surface du monde. Nous ne sommes évidemment pas isolés dans nos chemins perdus, au-delà de notre barrière de corail, le siècle s’active. Il n’attend pas ! Mais il n’est pas au mieux dans ses certitudes et tout aussi démuni à se penser collectivement, il ignore lui aussi sa destination. Si lointain que cela puisse paraitre, il n’en demeure pas moins que l’on doit en tirer une leçon : pour être ensemble, il faut regarder ensemble... C’est autant la raison d’être du festival, que de façon certaine la principale raison de la prolifération des pensées d’exclusion, livrées au public par une actualité désormais aux mains de la multitude.

Il faut avouer que fascinés par la nouveauté et les contre-pouvoirs, nous étions bien loin de penser que le paysage médiatique allait se pixéliser avec cette rapidité, avec autant de bêtise et de médiocrité barbare. Incontestablement, on se retrouve avec les désagréables symptômes des lendemains de fêtes excessives, imprévoyantes. Les réseaux sociaux peuvent maintenant revendiquer sans fausse modestie la responsabilité d’être l’origine d’une bonne partie de la tachycardie des démocraties et de la transpiration des dirigeants. À leur sulfureux potentiel de dénaturer la réalité, il faut leur rajouter une capacité de propagation sans nul égal si ce n’est celle dont sont dotés les virus.

Face à la pandémie numérique, le documentaire monte la garde. Il voudrait pouvoir affirmer avec force de conviction : « aucun ignorant ne déambulera ce soir ! » Parce que, évidemment, l’ignorance est aujourd’hui à abandonner lorsqu’il s’agit de justifier les dérives ; elle ne peut plus servir de circonstance atténuante. En partant du constat que le réseau de l’information n’est plus en capacité d’ouvrir calmement des espaces de conscience, le postulat de le confier au documentaire quelque peu n’est pas une idée fondamentalement naïve ou idiote.

Le festival, lui, n’est qu’un pixel qui démange humblement, il faut l’avouer, dans l’océan des écrans, mais il se retrouve à quai silencieux et il rassure par sa foi sincère en la vérité et la bienveillance. Il fait encore pour cette quinzième édition une belle place aux réalisateurs engagés, alimentés d’une empathie à toute épreuve... Cette année victimes d’une autre pandémie, ils ne seront pas là, et nos pensées les plus fraternelles convergent spontanément vers cette part manquante, conscients de tout ce qu’ils nous offrent d’humanité.

Le festival 2020 victime de la même pandémie a dû être annulé, et c’est d’autant plus avec un immense plaisir que nous avons la joie de pouvoir vous remercier de nous accompagner sur cette nouvelle édition.

René Boutin
Directeur artistique